vendredi 10 mars 2017

Les beignets, suite et fin

Je suis à présent à la tête d’un chien inconnu et d’une friteuse neuve ; je vais chez le Sauveur qui lit le tatouage, appelle la SCC qui identifie l’inconnue (c’est une chienne) laquelle loge à 500m de l’endroit où je l’ai trouvée. On se demande bien pourquoi elle a fait du stop au lieu de rentrer chez elle. En fait la SCC l’a déjà repérée, elle n’en est pas à sa première escapade, elle n’est plus toute jeune et très fatiguée… On le reconduit à sa famille, qui la cherche depuis le matin – Il est pas loin de 17 heures là –
Il est encore temps de démarrer les beignets ; la Végétaline fond doucement dans la neuve bassine, mais au moment de pétrir, il manque quelques grammes de Fruit d’Or qu’on peut remplacer par du beurre. Hélas, juste sorti du frigo, il n’a pas la bonne consistance et il faut pétrir dur pour l’amalgamer. Enfin, la pâte est de bonne consistance, la graisse à la bonne température, on va
pouvoir étaler…. Et c’est là que l’incident final se produit…. Le rouleau à pâtisserie est introuvable… un rouleau fidèle qui fait partie de la famille depuis quatre générations ; il n’a pas pu nous quitter. Alors je cherche, je cherche… partout, dans les tiroirs, les étagères, les fonds de placard, sous l’évier, dans la véranda, dans les endroits les plus improbables… ce qui induit au passage qu’il faut les nettoyer… Au bord de la crise de nerf, j’hésite entre hurler ou casser quelque chose… Finalement j’opte pour un arrangement de coussins sur le canapé et un temps de méditation…. Quand le GV descend de sa dunette, le calme est revenu… la graisse est éteinte, la pâte mise au frais… demain, il va falloir aller acheter un rouleau à pâtisserie…
Alors ce qu’on propose comme outil dans le commerce, rien moins pour 3,99 euros, qu’on tronçon de manche de bêche propre et poli bien sûr mais enfin…. A la guerre comme à la guerre, j’achète et…. Au final, j’ai enfin pu confectionner ces p… de beignets.
Ensuite j’ai mené une enquête : le seul endroit où trouver un outil convenable, c’est sur Amazon avec un prix de port qui dépasse celui de l’outil… Bon, il suffira de profiter d’une commande de livres…

C’est alors que tel le Chevalier du Graal surgit…. Mon frère armé d’un superbe rouleau à pâtisserie garanti d’époque. Il me le cède contre une part raisonnable de beignets…. Ouf ! à l’année prochaine pour la fournée 2018.

3 commentaires:

Marité a dit…

Ah, ah, ah !!!! Quelles aventures pour ces p.... de beignets de Carnaval !!! J'ai vraiment apprécié ton histoire Pomme. Au fait, à défaut de rouleau à pâtisserie tu aurais pu prendre une bouteille vide (c'est ce que prenait ma mère pour étaler sa délicieuse pâte feuilletée). Bon, le choix aurait peut-être posé problème aussi... prendre un château Margot, un Champagne, un cidre ou que sais-je ? :-)
GROS BECS

LOU a dit…

Ils étaient bons ?

Gine Proz a dit…

Tes aventures de suite et fin m'ont si bien amusées que j'ai tout déroulé à l'envers... et même si je n'ai pas eu droit à ma portion de beignets, je me suis régalée! J'en ris encore!
Bon dimanche!