lundi 30 novembre 2015

Le cours d'ethnologie du professeur Claude Ch4 Rollon

Le Viking, fondateur de la Normandie




Danois ou norvégien, Rollon naît vers 845
à l’époque où les navires des Vikings
(Northmanni, hommes du Nord)
font déjà des incursions sur les côtes de Neustrie.
Rouen est incendiée,
Paris assiégé.
Charles le Simple, roi des Francs, signe en 911
le traité de Saint-Clair-sur-Epte avec Rollon,
à qui il donne une partie de la Neustrie
et la main de sa fille Gisèle, avec,
entre autres conditions,
une conversion au christianisme.

Baptisé à Rouen ainsi que tous ses hommes,
Rollon, devenu Robert 1 , adopte la langue romane
et encourage la colonisation scandinave.
Attaqué par le successeur au trône de France,
il guerroie en Picardie et trouve la mort vers 928,
laissant le duché à son fils.
Son corps est inhumé dans la cathédrale de Rouen.
La toponymie normande garde des traces
de cette colonisation scandinave
ainsi que nombre de noms de famille:
Angot, Anquetil, Auber, Onfray, Surcouf…

Et pour la petite histoire, au traité de St Clair sur Epte, Rollon devait baiser le pied de Charles le Simple. Il accepta mais pour ne pas s'incliner devant le Franc, le viking pris le pied de roi et le leva jusqu'à sa bouche...

samedi 28 novembre 2015

Pour les anti-drapeau

Le Drapeau, par Jean Zay.


Ils sont quinze cent mille qui sont morts pour cette saloperie-là.
Quinze cent mille dans mon pays, Quinze millions dans tous les pays.
Quinze cent mille morts, mon Dieu !
Quinze cent mille hommes morts pour cette saloperie tricolore…
Quinze cent mille dont chacun avait une mère, une maîtresse,
Des enfants, une maison, une vie un espoir, un cœur…
Qu’est ce que c’est que cette loque pour laquelle ils sont morts ?
Quinze cent mille morts, mon Dieu !
Quinze cent mille morts pour cette saloperie.
Quinze cent mille éventrés, déchiquetés,
Anéantis dans le fumier d’un champ de bataille,
Quinze cent mille qui n’entendront plus JAMAIS,
Que leurs amours ne reverront plus JAMAIS.
Quinze cent mille pourris dans quelques cimetières
Sans planches et sans prières…
Est-ce que vous ne voyez pas comme ils étaient beaux, résolus, heureux
De vivre, comme leurs regards brillaient, comme leurs femmes les aimaient ?
Ils ne sont plus que des pourritures…
Pour cette immonde petite guenille !
Terrible morceau de drap coulé à ta hampe, je te hais férocement,
Oui, je te hais dans l’âme, je te hais pour toutes les misères que tu représentes
Pour le sang frais, le sang humain aux odeurs âpres qui gicle sous tes plis
Je te hais au nom des squelettes… Ils étaient Quinze cent mille
Je te hais pour tous ceux qui te saluent,
Je te hais à cause des peigne-culs, des couillons, des putains,
Qui traînent dans la boue leur chapeau devant ton ombre,
Je hais en toi toute la vieille oppression séculaire, le dieu bestial,
Le défi aux hommes que nous ne savons pas être.
Je hais tes sales couleurs, le rouge de leur sang, le sang bleu que tu voles au ciel,
Le blanc livide de tes remords.
Laisse-moi, ignoble symbole, pleurer tout seul, pleurer à grand coup
Les quinze cent mille jeunes hommes qui sont morts.
Et n’oublie pas, malgré tes généraux, ton fer doré et tes victoires,
Que tu es pour moi de la race vile des torche-culs.

1924


Et ma réponse:Non, Claude! Pour une fois , je ne suis pas d’accord...
Nous avons face à nous, des gens prêts à se faire exploser pour défendre LEUR drapeau et leurs croyances et qui nous méprisent parce que nous méprisons notre drapeau et nos coutumes.
Nous avons sur les talons d’autres peut-être moins barbares à priori mais tout aussi dangereux pour nos libertés... ces gens suscités par un borgne et qui, pour cette raison ont la vue et les idées courtes. Ceux-là s’emparent des symboles qui sont la fierté de notre pays: Jeanne d’Arc qui à contribué sinon en fait , du moins en image, à faire d’une pauvre petit royaume avec à sa tête un roi doutant de sa légitimité, à en faire la France qui deviendra celle où nous vivons.
Quant au drapeau tricolore , il est issu de tout un peuple qui le premier de tous a réclamé et conquis sa Liberté. A sa suite, d’autres ont osé renverser leurs tyrans...
Alors bien sûr, ce symbole a été récupéré par des politiciens qui ont engendré ces quinze cent mille morts que pleure Jean Zay... Pardonnons-lui ces épithètes outrancières nées du chagrin et de la révolte devant ce massacre...
Mais aujourd’hui, le temps n’est plus au propos anarchistes ou libertaires (qui sont souvent les miens). Le temps est venu de s’unir pour empêcher la barbarie des uns et la volonté de pouvoir des autres de nous priver de cette liberté chèrement acquise. Le temps est venu de nous réunir et un drapeau se voit de loin surtout quand il est fait de couleurs éclatantes!
Non, je ne reprendrai pas les mots de Jean Zay... Oui, je mettrai un drapeau à ma porte pour signifier que la France est un pays LIBRE , où les hommes sont FRERES  et EGAUX.

EL CONDOR PASA [PAN PIPES]

Promesses et réalité (2)


vendredi 27 novembre 2015

Drapeau...



Il est bien seul dans le hameau ce drapeau! La chienne au moins a compris le message: spontanément elle s'est mise au garde-à-vous.

Joyeux Noël!

Renoncer aux crèches, c’est renoncer à nos légendes ! Les crèches, comme les sapins de Noël , les bougies de Ste Lucie sans oublier St Nicolas ni son successeur le Père Noël, sont les traces d’anciennes fêtes de l’hiver inventées autrefois pour aider les hommes à supporter les jours si courts et si sombres que traversent nos régions à cette époque de l’année.
Même si elles semblent moins opportunes aux personnes qui vivent sous le soleil du Maghreb et du Moyen-Orient, ce n’est pas une raison pour les abandonner.
Si la naissance d’un enfant devenu symbole d’une religion (alors que le symbole plus universel est celui de la vie qui renaît à une certaine période de l’année), si cette manifestation n’est pas assez laïque pour les communes, que le clergé se souvienne qu’il y a dans chaque village, non seulement une mairie mais aussi une église de moins en moins occupée.
Que le clergé se souvienne que religion vient du verbe latin qui signifie relier et qu’il adopte la crèche dans ses églises ou sur leur parvis.

Maires et curés, parlez-vous ! organisez ensembles une fête de l’Hiver qui rassemble vos habitants, vos fidèles dans un même amour, celui de l’humanité !

jeudi 26 novembre 2015

mercredi 25 novembre 2015

Le cours d'ethnologie du Professeur Claude Ch 3

Magnence, l’empereur franc




En cinquante ans de vie, Magnence

est parti du bas de l’échelle sociale
pour atteindre des sommets
avant de tomber en disgrâce.
Magnence est né en Gaule en 303
de parents immigrés francs,
plus précisément de parents lètes,
ces tribus germaniques épargnées
par Rome après leur défaite,
mais jouissant d’un statut hybride
entre liberté et servitude.
Il intègre l’armée romaine
et entame une brillante carrière militaire.
Magnence devient commandant
de la garde impériale de Constant.
Lors d’un « putsch »,
il se fait acclamer empereur en 350
par un groupe de conspirateurs
et fait éliminer son rival.
Mais un an plus tard
il se fait battre par Constance II,
le frère du défunt Constant,
puis meurt dans une ultime défaite en 353.
S’il reste à la postérité comme un usurpateur,
Magnence illustre bien
cette opportunité d’ascension sociale
qu’offrait l’armée romaine
aux soldats « barbares ».

dimanche 22 novembre 2015

Le cours d'ethnologie du professeur Claude Ch.2




Antoinette et ClaudeLa belle « Barbare »

d’Obernai





En 2013, à Obernai (Alsace), 
parmi 18 sépultures du Ve siècle, 
les archéologues ont mis au jour 
le crâne d’une fillette de 12 ans, 
allongé dans le sens antérop o s t é r i e u r. 
U n e «   d é f o r m a t i o n intentionnelle 

obtenue au moyen d’un emmaillotage 
du crâne dès le plus jeune âge »

explique l’anthropologue Éric Boës. 
Une pratique qui s’observe chez les Alains, 
Sarmates et Huns, 
populations nomades des steppes de Russie,
 et qui permet à un groupe d’affirmer son rang social. 
Les chercheurs ont aussi exhumé un miroir en argent, 
lui aussi typique de l’Orient. 
L’organisation du cimetière laisse penser 
que ce n’étaient pas les membres d’une invasion barbare 
mais plutôt d’une population arrivée là, 
seule ou avec l’armée romaine, 
et qui a choisi de cultiver cette zone de lœss très fertile. 
Et de devenir de futurs habitants de la France…

mercredi 18 novembre 2015

La Marseillaise

Elle est belle la Marseillaise, reprise et choeur et souvent spontanément....
Pourtant, je trouve qu'assez de sang impur a abreuvé mes sillons; ça déborde et j'aime pas le boudin.
Elle a sept couplets notre Marseillaise, si bien que si on voulait on pourrait en choisir un qui convienne à chaque occurence.
Les tragédies récentes pourraient se célébrer avec le 3°:

"Quoi ces cohortes étrangères
Feraient la loi dans nos foyers!
Quoi! ces phalanges mercenaires
Terrasseraient nos fils guerriers!
Grand Dieu! par des mains enchaînées
Nos fronts sous le joug se ploieraient;
De vils despotes deviendraient
Les maîtres de nos destinées"

Ou le 4°:

"Tremblez tyrans et vous perfides
L'opprobre de tous les partis!
Tremblez! vos projets parricides
Vont enfin recevoir leur prix!
Tout est soldat pour vous combattre;
S'ils tombent nos jeunes héros,
La France en produit de nouveaux, 
Contre vous tout prêts à se battre."


lundi 16 novembre 2015

Le cours d'ethnologie du professeur Claude

Ces migrants qui ont peuplé la France…

Homo sapiens, l’Africain


Ces migrants qui ont fait la France:

HOMO SAPIENS l'Africain

Homme anatomiquement moderne avec sa face réduite, un menton saillant, l’absence de bourrelet sus-orbitaire et un crâne au volume important, 
Homo sapiens est arrivé en Europe il y a entre 200 000 et 50 000 ans, venant d’Afrique via le ProcheOrient. 
Contrairement à ce que l’on a longtemps pensé, 
il a fréquenté Neandertal (qui disparut en – 30 000)
et ils se sont même mis en ménage,
si bien qu’aujourd’hui notre génome contient 1 à 3 % de gènes néandertaliens.
Parmi eux, l’homme de Cro-Magnon, vieux de 35 000 ans, découvert aux Eyzies-de-Tayac (Dordogne).
Peut-être avait-il encore la peau foncée de ses ancêtres africains.
Chasseur-cueilleur, il se nourrissait d’animaux sauvages, de fruits et de bulbes.
Il fabriquait des outils et portait des parures.
Exhumé dans un abri-sous-roche,
il partageait une sépulture avec hommes, femmes et enfants.
Immigré et métis, il fut l’un de nos ancêtres.

La croix du 8 novembre 2015

samedi 14 novembre 2015

Où est l'Hydre?

Sept (ou huit ?) terroristes sont tombés, et l’on se demande avec raison, si d’autres ne sont pas en train de préparer de nouveaux carnages. Avec raison car l’Hydre on le sait, ne meurt que si l’on coupe toutes ses têtes d’un seul coup. Où est le héros, le nouvel Hercule capable de cet exploit ? Et cette Hydre, où la trouver ?
Demandons-nous pourquoi  ces jeunes hommes devenus assassins au nom d’un idéal religieux, animés du désir de sauver leurs frères d’une misère hélas trop réelle, demandons-nous pourquoi ils ont frappé dans un quartier populaire, des gens à la vie ordinaire qui prenaient un peu de bon temps un soir d’automne exceptionnellement clément ?
Pourquoi le quartier de la République et non la place Vendôme ou l’avenue Montaigne , hauts lieux de l’étalage d’une richesse souvent indécente ?
Serait-ce par ce que ces quartiers, où ne peuvent se fournir la plupart des victimes de cette nuit,  sont ceux où leur commanditaires font leurs emplettes ?

Si c’est là la raison, alors inutile de se demander où se cache l’Hydre ; elle est facile à trouver !

Matin blême

Ne perdons pas de vue que ces assassins sont aussi des victimes:

"Le sang de l'ennemi est toujours le sang des hommes."

Louis XV (à la bataille de Fontenoy)

vendredi 13 novembre 2015

mardi 10 novembre 2015

Les infos de Claude


Résultat de recherche d'images pour "fou et entonnoir gotlib"Finalement, l’État ne diminuera pas les aides 
des handicapés disposant d'un Livret A. 


Au Budget, on s'est rendu compte 
qu'espérer économiser sur un Livret A 
constitue déjà une forme de handicap.

samedi 7 novembre 2015

mercredi 4 novembre 2015