vendredi 31 août 2012

Chères amies, chers amis,





Dans 48 heures, ma fille comparaîtra devant un tribunal pakistanais pour blasphème et risque la peine de mort. Ma fille innocente a lutté toute sa vie contre sa trisomie – elle ne mérite aucune punition. Je vous en prie, aidez-moi à sauver ma fille. Signez la pétition adressée au président Zardari pour soutenir mon appel à protéger les minorités religieuses:


Sign the petition
La semaine dernière, une foule en furie a menacé de brûler vive ma fille, et dans 48 heures, un juge déterminera si elle doit être libérée ou rester en prison. Rimsha est une petite fille atteinte de trisomie 21, qui du coup souvent ne contrôle pas tout ce qu’elle fait. Pourtant, ici au Pakistan, la police l’a accusée d’avoir profané le Coran, et nous craignons pour sa vie.

Elle est détenue en ce moment-même dans une prison de haute sécurité et, dans quelques heures, elle comparaîtra devant le tribunal et devra répondre de blasphème ce qui au Pakistan peut être puni de la peine de mort. Nous sommes une famille pauvre de confession chrétienne, désemparée face à la vindicte populaire contre ma fille. De nombreuses autres familles ont fait l’objet d'intimidations similaires qui les ont forcées à fuir ou à vivre dans la peur. Mais l'émotion suscitée dans le monde entier par l’histoire de Rimsha a encouragé certains dirigeants musulmans pakistanais à dénoncer cette injustice et a fini par attirer l'attention du Président Zardari.

Je vous en prie, aidez-moi à créer un mouvement de solidarité mondial en soutien à Rimsha, ma fille. Je vous appelle à signer ma pétition adressée au président Zardari pour sauver Rimsha et obtenir par ailleurs une protection pour ma famille et toutes les familles vulnérables appartenant à des minorités religieuses. Avaaz se fera l’écho de cette campagne auprès des médias pakistanais et internationaux, auxquels tous les dirigeants politiques du Pakistan sont attentifs:

http://www.avaaz.org/fr/pakistan_sauvez_ma_fillec/?bwaIXab&v=17459

Une foule ivre de colère a réclamé l’arrestation de ma fille après qu’un imam du quartier ait prêché en public contre elle, en affirmant qu’elle avait profané le Coran. Plusieurs individus ont alors menacé de l’éxécuter et de brûler les maisons des chrétiens de notre communauté. Je prie pour qu’à son audience samedi, les charges portées contre elle soient abandonnées et qu’elle puisse revenir vivre avec nous.

Notre famille est en danger de mort, même le simple fait de parler des lois anti-blasphème au Pakistan peut s’avérer funeste -- l'an passé, le ministre pakistanais des minorités a été assassiné après avoir demandé la suppression de la peine de mort pour blasphème. La situation est tellement explosive que beaucoup de voisins chrétiens dans notre bidonville à Islamabad ont dû fuir leurs maisons.

Nous respectons la liberté de culte de chacun. Nous espérons simplement que notre fille et notre communauté soient en sécurité. Si seulement tout cela n’était jamais arrivé! Nous sommes heureux que le Conseil des Oulémas, qui regroupe des universitaires et dignitaires musulmans ici au Pakistan, se soit exprimé ainsi sur le sujet: "Nous ne voulons pas voir l'injustice triompher de quiconque. Nous allons œuvrer pour mettre fin à ce climat de peur". Grâce à votre aide, nous pourrons non seulement faire libérer Rimsha, mais aussi faire de cet incident le début d'une meilleure compréhension mutuelle entre les communautés au Pakistan. Je vous demande de signer cette pétition et de la transmettre à tous vos amis.

http://www.avaaz.org/fr/pakistan_sauvez_ma_fillec/?bwaIXab&v=17459

Avec espoir et détermination,

Misrek Masih et l’équipe d’Avaaz

P.S.: Cette pétition a été lancée sur le nouveau Site de Pétitions Citoyennes d’Avaaz, où vous pouvez créer facilement et rapidement une pétition sur une cause qui vous tient à cœur. Pour lancer la vôtre, cliquez ici: http://www.avaaz.org/fr/petition/start_a_petition/?bv17459

PLUS D’INFORMATIONS

Au Pakistan, une jeune chrétienne est emprisonnée pour blasphème (La Croix)
http://www.la-croix.com/Actualite/S-informer/Monde/Au-Pakistan-une-jeune-chretienne-est-emprisonnee-pour-blaspheme-_EG_-2012-08-20-844236

Pakistan: Rimsha pourrait échapper à la prison (Direct Matin)
http://www.directmatin.fr/monde/2012-08-30/pakistan-rimsha-pourrait-echapper-la-prison-92114

Pakistan: la jeune chrétienne accusée de blasphème est soutenue par certains oulémas (RFI)
http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20120828-pakistan-jeune-chretienne-accusee-blaspheme-soutenue-oulemas

Pakistan/blasphème: des dignitaires musulmans défendent la jeune chrétienne (Romandie)
http://www.romandie.com/news/n/_Pakistanblaspheme__des_dignitaires_musulmans_defendent_la_jeune_chretienne90280820121527.asp

Pakistan: un imam accuse la jeune chrétienne d'avoir fait exprès de blasphémer (Le Parisien)
http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/pakistan-un-imam-accuse-la-jeune-chretienne-d-avoir-fait-expres-de-blasphemer-24-08-2012-2135872.php

Au Pakistan, la loi antiblasphème continue ses ravages (Libération)
http://www.liberation.fr/monde/2012/08/27/au-pakistan-la-loi-antiblaspheme-continue-ses-ravages_842122

mardi 28 août 2012

Diamonds and potatoes

Vous mes amies, qui rangez vos diamants dans de luxueux coffrets ou dans des écrins de velours soyeux, vous ignorez sans doute que les goûts de vos joyaux sont plus simples que les vôtres.
En effet, on a constaté que la chaleur ne  vaut rien aux diamants et peut éventuellement les écailler ou les faire éclater. Il vous faut donc les tenir au frais.
Les spécialistes ne connaissent pas d'endroit plus approprié que l'intérieur d'une pomme de terre crue, dont vous choisirez la taille en fonction de l'importance de votre cassette..

lundi 27 août 2012

dimanche 26 août 2012

Les Pussy Riots




Poutine, dans sa répression anti-contestation, s’est trouvé un adversaire coriace: Pussy Riot, un groupe d’activistes féministes. Le Parlement européen demande le gel des avoirs et l’interdiction de voyager en Europe pour l'élite russe corrompue -- rejoignons son appel pour en faire une réalité -- signez la pétition:

Signez la pétition
Alors qu'elle allait être condamnée à 2 ans de prison pour avoir chanté dans une église une chanson critiquant Poutine, une membre de Pussy Riot s’est adressée au Tribunal en conclusion de sa comparution: "Même si nous sommes présentes ici physiquement, nous sommes plus libres que toutes les personnes assises en face de nous... Nous pouvons dire ce que nous voulons..."

La Russie tombe progressivement sous l'emprise d'une nouvelle autocratie qui réprime les manifestations, aurait truqué les élections, intimide les médias, a interdit les cortèges en faveur des droits des homosexuels pour les 100 prochaines années, et rosse même des opposants comme le champion d’échecs Garry Kasparov. Pourtant de nombreux Russes continuent à défier le pouvoir, et la hardiesse des Pussy Riot a soulevé une vague mondiale de solidarité. Notre meilleure chance de prouver à Poutine qu’il y a un prix à payer pour cette répression repose désormais dans les mains de l’Union Européenne.

Le Parlement européen a demandé le gel des avoirs et une interdiction de séjour pour les puissantes relations de Poutine, accusées de multiples crimes. Notre mouvement est actif dans le monde entier -- si nous convainquons l’Union européenne d’agir, cela affectera les amis politiciens de Poutine, beaucoup d’entre eux ayant un compte bancaire ou une résidence en Europe. En montrant que le monde entier est prêt à se battre pour une Russie libre, nous décrédibiliserons aussi sa propagande anti-Occident. Cliquez ci-dessous pour soutenir ces sanctions et diffusez largement cette pétition autour de vous:

http://www.avaaz.org/fr/free_pussy_riot_in_fr/?bwaIXab&v=17290

Le procès de la semaine dernière portait sur bien plus que ces trois femmes et leur "prière punk" de 40 secondes. Lorsque des dizaines de milliers de gens ont envahi les rues pour protester contre des élections truquées, le gouvernement a jeté les organisateurs en prison pendant des semaines. Et en juin, le Parlement a proscrit toute opposition publique en multipliant par 150 le montant de l'amende en cas de manifestation non-autorisée, ce qui équivaut presque au salaire annuel moyen en Russie.

Les Pussy Riot ont beau être les opposantes russes les plus célèbres du moment, leur peine n’est pas la plus grande injustice causée par la guerre de Poutine contre la contestation. En 2009, Sergueï Magnitski, un avocat anti-corruption qui a découvert une fraude fiscale massive au cœur des arcanes du pouvoir russe, est mort en prison -- sans procès, suite à des accusations douteuses, et après le refus constant de lui accorder des soins médicaux. 60 hauts dignitaires font l'objet d'un examen approfondi dans le cadre de cette affaire et de sa dissimulation, et les sanctions proposées par le Parlement européen portent justement sur ce cercle rapproché.

Le monde entier a les yeux rivés sur la répression en Russie en ce moment, et les "sanctions Magnitski" sont le meilleur moyen de mettre la pression sur Poutine et de susciter une vague d’espoir pour le mouvement démocratique russe dans un contexte atterrant. Donnons aux dirigeants européens un mandat public mondial pour adopter des sanctions. Signez la pétition et envoyez-la à vos contacts:

http://www.avaaz.org/fr/free_pussy_riot_in_fr/?bwaIXab&v=17290

Les évènements actuels en Russie sont importants pour nous tous. La Russie a bloqué la coordination internationale sur la Syrie ainsi que d'autres questions mondiales urgentes, et l’émergence d’une autocratie russe menace le monde que nous voulons tous, où que nous soyons. Le peuple russe fait face à un défi de taille, mais nous savons que les mouvements populaires sont le meilleur moyen de combattre la corruption et la poigne de fer des gouvernements -- et que la solidarité internationale peut aider ces mouvements à garder leur flamme. Ensemble soyons solidaires pour montrer à Poutine que le monde lui demandera des comptes et fera pression pour le changement jusqu'à ce que la Russie devienne libre.

Avec espoir,

Luis, David, Alice, Ricken, Lisa, Vilde et toute l’équipe d’Avaaz


P.S.: Victoire! La semaine dernière, 100 personnes ont soutenu la campagne de Stellan S., un membre d’Avaaz, et empêché l’expulsion de Suède des membres d’une famille biélorusse à qui on avait injustement refusé le statut de réfugiés. Récoltez du soutien pour les causes qui vous tiennent à cœur, localement ou mondialement, en lançant votre propre campagne ici: http://www.avaaz.org/fr/petition/start_a_petition/?do.ps.priot_2

EN SAVOIR PLUS:

Deux ans de détention pour Pussy Riot (Les Inrocks)
http://www.lesinrocks.com/2012/08/17/actualite/xx-ans-de-prison-pour-les-pussy-riot-11286257/

Les jeunes femmes de “Pussy Riot” condamnées à deux ans de camp (La Croix)
http://www.la-croix.com/Actualite/S-informer/Monde/Les-jeunes-femmes-de-Pussy-Riot-condamnees-a-deux-ans-de-camp-_NG_-2012-08-17-843428

Pussy Riot: tollé unanime des Occidentaux (Le Point)
http://www.lepoint.fr/monde/pussy-riot-tolle-unanime-des-occidentaux-17-08-2012-1496887_24.php

Le régime se durcit, la Russie se divise (Libération)
http://www.liberation.fr/monde/2012/08/17/le-regime-se-durcit-la-russie-se-divise_840411

Russie: les mauvais traitements des Pussy Riot, lot commun des justiciables (AFP)
http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5hZW8bLZBD1NZa34rC5HQsL1-czJQ?docId=CNG.29b7e3e690def148a2c411310752468d.491

L’OSCE apporte son soutien à la "liste Magnitski" (La Russie d'Aujourd'hui)
http://larussiedaujourdhui.fr/articles/2012/07/12/losce_apporte_son_soutien_a_la_liste_magnitski_14899.html

L'affaire Magnitski ou la justice au pays d'Ubu (Journalism Online Press)
http://www.jolpress.com/article/laffaire-magnitski-ou-la-justice-au-pays-dubu-439780.html








Avaaz est un réseau citoyen mondial de 15 millions de membres
qui mène des campagnes visant à ce que les opinions et les valeurs des peuples influent sur les décisions mondiales. ("Avaaz" signifie "voix" dans de nombreuses langues). Nos membres sont issus de tous les pays du monde; notre équipe est répartie sur 19 pays et 5 continents et travaille dans 14 langues. Pour découvrir certaines de nos plus grandes campagnes, cliquez ici ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter.

samedi 25 août 2012

C'est la faute aux embouteillages....

"Les grandes villes deviennent impraticables; à Paris la municipalité, la police, l'administration préfectorale ne savent comment résoudre le problème. On adopte de petits expédients qui semblent atténuer le mal et qui, tout à coup provoquent de pires inconvénients. A la fin, le préfet de police déclare qu'il donne sa langue au chat: il n'y a pas de remèdes.
A moins de reculer les maisons d'une dizaine de mètres de chaque côté des rues - et ce moyen a du être proposé naguère par Alphonse Allais- on ne fera pas que cent voitures soient à l'aise dans un espace réservé pour dix. Outre que l'intensité de la circulation active l'usure des voies, de sorte qu'elles sont presque toujours en réparation, c'est à dire barrées. Plus il y a des passants, moins ils peuvent passer: le cercle est terriblement vicieux. Et les autorités renoncent à trouver une solution.
La seule solution, c'est que les hommes cessent de s'entasser follement sur des espaces restreints, au lieu de se disperser sur les espaces vacants. La plupart des maladies corporelles, mentales et psychiques de notre époque ont leur source dans cette manie de l'agglomération: la tuberculose, la neurasthénie, la démence et vingt autres fléaux terribles seraient inconnus si l'être humain vivait selon les lois naturelles: il s'obstine à les enfreindre, et toute infraction se paie cher. "


NOS LOISIRS - 27 août 1911

jeudi 23 août 2012

Affaires de famille










C'EST à NOGENT le ROTROU en EURE et LOIR JUSQU'AU 25 AÔUT 
OUVERT  VENDREDI et SAMEDI de 15 à 18 heures et sur rendez-vous au 0237539754





--

mercredi 22 août 2012

A bon entendeur...




LE MONDE 2 29.08.08 16h47 • Mis à jour le 29.08.08 18h08
Tous ceux qui n'ont pas renoncé aux plaisirs de la fête ont déjà fait l'expérience suivante au moins une fois : dans un appartement peuplé d'une cinquantaine de personnes consommant des boissons fortes, plusieurs jeunes gens, DJ d'un soir, rivalisent aux "platines". Ce n'est certes pas nouveau. Mais un ou deux détails signalent qu'on a radicalement changé d'époque. D'abord, les ordinateurs portables, laptops, et autres clés USB ont remplacé les platines vinyles qui avaient pourtant connu une nouvelle jeunesse il y a quelques années. Ensuite, le volume est beaucoup plus fort. Et surtout personne ne danse : un comble. Pourquoi et comment en est-on arrivé là ? La réponse pourrait tenir en deux lettres et un chiffre : MP3.
Ce nouveau standard audio qui s'est imposé de fulgurante manière en quelques années a déjà suscité une abondance de commentaires. Si l'on en croit les majors du disque, il serait responsable à lui seul de la mort du CD, de plans sociaux plus saignants qu'une série B hollywoodienne –et pourquoi pas du réchauffement climatique, de la pollution des océans ou des déséquilibres géostratégiques, tant qu'on y est ?
Car tous absolument tous les débats qu'a suscités cette nouvelle forme de partage de la musique ne se sont focalisés que sur les problèmes juridiques qu'elle soulève : droit d'auteur, propriété intellectuelle, piratage ou "téléchargement légal". Emblème d'une victoire de la raison économique, le MP3 était la technologie idéale pour oublier tous les autres problèmes esthétiques, techniques et sanitaires que cette nouveauté posait pourtant. Et qui continuent de se poser. Voici pourquoi et comment.
CULTE DU "BEAU SON"L'homme qui parle dans ce café du 9e arrondissement de Paris n'est pas un passéiste crispé sur le bon vieux temps. Amateur éclairé de chansons françaises, animateur de la belle petite revue Je chante, Raoul Bellaïche ne peut réfréner une certaine nostalgie : "Je me souviens bien de cette période où la hi-fi coûtait assez cher mais où le grand public était prêt à des sacrifices financiers pour un bon équipement. Et puis tout a basculé en cinq ou six ans. Très peu de gens ont noté que l'arrivée du MP3 marque la première fois qu'un retour en arrière est présenté comme un progrès. Tout le monde s'est habitué, y compris moi, parce que c'est très pratique."
Pratique : le mot est lâché.
Évidemment, avant, c'était moins pratique : le culte de la hi-fi et du "beau son", partagé par un grand nombre d'auditeurs mélomanes ou pas, supposait l'acquisition d'un matériel souvent volumineux et les sacrifices financiers qui allaient avec. La diversité de l 'offre comblait cette demande : dans toutes les gammes de prix, les fabricants proposaient des appareils dédiés, qu'on mariait les uns aux autres avec cette illusion naïve et belle de toucher à la meilleure reproduction sonore possible. L'audiophilie de papa, c'était ça : la sensation qu'en appariant tel tourne-disque à tel ampli et tel câble à telle paire d'enceintes, on devenait le metteur en scène d'un film domestique dont le titre avait été inventé par ECM, célèbre label de jazz européen : "Le plus beau son après le silence "…
Ce temps-là semble révolu. L'auditeur d'autrefois, pour qui l'écoute était une activité noble à laquelle il sacrifiait du temps, a laissé la place à une "écoute nomade" de la musique. En permettant de stocker dans un espace physique réduit une quantité énorme de musique, le MP3 a inventé une chose toute nouvelle : l'accumulation furtive. C'est-à-dire la capacité à posséder toujours plus de musique mais à en profiter toujours moins, puisque désormais le temps de l'écoute se superpose à d'autres occupations.
Le fantôme de la gratuité a par achevé le tableau d'une avancée technique que tout le monde ou presque s'accorde à trouver bonne. Ceux qui osent émettre la moindre critique à son égard sont promptement assurés de se voir flétrir de l'épithète "réactionnaire" sur l'air bien connu du "c'était mieux avant". Pourtant, il se pourrait que, dans le cas qui nous occupe, ce fût vraiment mieux avant. Et que ça pourrait être beaucoup mieux demain.
PERTE DE QUALITÉ DRASTIQUE
C'est quoi, au juste, le MP3 ? Juste un format d'encodage des données audio permettant de diviser par dix le poids d'un fichier informatique. Ainsi dématérialisée, la musique peut circuler plus vite d'ordinateur à — baladeur numérique. Mais au prix d'une mutilation indiscutable du signal d'origine et d'une perte de qualité drastique.
C'est ce qu'explique Lionel — Risler, l'un des ingénieurs du son les plus respectés pour son travail d'orfèvre en matière de restauration d'anciens enregistrements : "Dans le cas du MP3, on choisit0Aarbitrairement d'enlever du signal tout ce qui est prétendument superflu. Mais sur des critères très discutables. On réduit les informations pour gagner de la place de stockage. Au départ, le MP3 n'a été conçu que pour accélérer les flux des données sur Internet. Et puis on a ouvert la boîte de Pandore, puisque cette circulation s'est faite sans aucune règle."
Cette compression des données, qui a aussi ses partisans, s'ajoute à un autre traitement du son, pratiqué depuis bien longtemps dans les musiques populaires : la compression dynamique. Schématiquement, la compression dynamique consiste à relever les niveaux faibles et à abaisser les niveaux forts, bref à gommer les contrastes qui donnent tout son relief à la musique.
L'intérêt ? Réduire le volume d'informations, en vue d'un stockage ou d'une diffusion sur une bande passante limitée radio ou Internet par exemple, tout en induisant une sensation de puissance sonore, partiellement artificielle.
"L'oreille n'est pas éduquA 9e à recevoir des signaux compressés, explique David Argellies, un jeune acousticien qui par ailleurs apprécie le "gros son". Les radios de jeunes sont plus fatigantes à niveau équivalent, parce que l'oreille est habituée à percevoir de forts contrastes dynamiques. Et la compression a tendance à la flouer. C'est comme une illusion d'optique. A l'écoute d'une musique compressée, déjà perçue comme plus forte , on aura tendance à augmenter le volume pour retrouver du contraste."
En outre, le volume moyen d'un son dynamiquement compressé peut être réellement plus élevé. Car pour réduire l'écart des variations d'une musique, il faut choisir un volume de référence; et si c'est le volume maximal du morceau qui est choisi, les niveaux faibles sont considérablement augmentés pour atteindre la diminution d'amplitude souhaitée. "Prenez la publicité à la télévision, note David Argellies. On la perçoit comme plus forte , car elle est plus compressée donc plus agressive."
Lorsqu'on parle d'agression, on aborde un terrain évidemment sujet à toutes les polémiques, mais qui ne peut pas se réduire à un20combat d'anciens contre modernes ou à une croisade contre la musique de jeunes. Car depuis quelque temps, nombreux sont les scientifiques, parfois jeunes, qui tirent la sonnette d'alarme sur les conséquences sanitaires déplorables que ces nouveaux modes d'écoute auront inévitablement sur les nouvelles générations.
Bernard Janssen, chirurgien ORL et chanteur lyrique de haut niveau – il a fait carrière sous le nom de Bernard Sinclair – est sans doute l'un des mieux placés pour analyser le phénomène : "Les gens qui écoutent de la musique dans le métro sont obligés de pousser le volume pour couvrir le bruit ambiant. C'est terrible, car ils peuvent s'envoyer jusqu'à 140 décibels dans les oreilles, alors que le seuil de douleur se situe à 120. Jusqu'à 70, ça va encore. Certains chanteurs lyriques peuvent développer 130 décibels sans souci pour leur oreille, parce qu'ils projettent le son et qu'il y a des défenses physiologiques. Mais il suffit d'une seule exposition à ce volume pour subir un traumatisme qui débouchera sur une surdité. C'est le traumatisme aigu. Il existe un traumatisme chronique, repérable chez les ouvriers de chantier mais aussi chez les gens qui écoutent trop fort leurs baladeurs. C'est beaucoup plus insidieux car plus on perd l'audition, plus on monte le volume."
C'est désormais un fait acquis : la compression dynamique, appliquée à l'écrasante majorité des musiques actuelles, ne fait qu'aggraver les nuisances déjà bien connues d'un volume sonore excessif.
Et cela vaut aussi pour les musiques apparemment les plus "douces". C'est ainsi que deux chercheurs amateurs de rock, Yann Coppier et Thierry Garacino, se sont livrés à de savantes mesures sur l'évolution de la compression dynamique en trente ans.
Le résultat est édifiant : le morceau Rock and Roll de Led Zeppelin, perçu au début des années 1970 comme l'une des choses les plus violentes jamais enregistrées, n'est que faiblement compressé en comparaison de… Quelqu'un m'a dit, premier tube de Carla Bruni.
C'est toute la perversité des traitements modernes du son : la ballade un peu douceâtre de la désormais première dame de France se révèle, dans la froide objectivité des mesures scientifiques, bien plus dommageable pour l'appareil auditif que l'hymne hard rock de Led Zeppelin.
Avec la compression, "on transforme la chaîne des Alpes en volcans d'Auvergne", résume assez joliment Yves Cochet, concepteur historique de systèmes haute-fidélité de pointe.
RÉAPPRENDRE À ÉCOUTER
Mais la disparition des contrastes n'est pas seulement une violence esthétique faite à la vérité musicale, c'est aussi un véritable risque sanitaire dont les scientifiques commencent à prendre la mesure. Des études récentes ont montré qu'un appareil auditif désaccoutumé aux contrastes dynamiques ne pouvait que perdre de son acuité, et ce même à bas volume.
Le spectre d'une pandémie de surdité précoce est-il à redouter ?
"Je vois arriver des jeunes de 18 ou 20 ans qui développent déjà de belles surdités, résume avec fatalisme Bernard Janssen. Je suis très alarmiste et je le dis clairement : il faudra lég iférer. Je ne suis pourtant pas très optimiste : dans une époque si soucieuse de liberté individuelle, chacun est évidemment libre de devenir sourd".
Réapprendre à écouter, sensibiliser à la qualité du son plutôt qu'à la quantité seront sans doute les seules solutions pour éviter une crise sanitaire majeure. A moins que, d'ici peu, ne s'inventent de nouvelles technologies plus respectueuses de la santé publique que la compression dynamique et le MP3, qui demeure, de l'avis général des spécialistes, le pire standard de toute l'histoire de la musique enregistrée.
Gilles Tordjman

mardi 21 août 2012

Esprit scientifique



Question Bonus: « l'enfer est-il exothermique1 ou endothermique2 »
(1 : évacue la chaleur, 2 : absorbe la chaleur)
La plupart des étudiants ont exprimé leur croyance en utilisant la loi de Boyle (si un gaz
se dilate il se refroidit et inversement) ou ses variantes.
Cependant, un étudiant eut la réponse suivante:

Premièrement, nous avons besoin de connaître comment varie la masse de l'enfer avec le
temps. Nous avons besoin de connaître à quel taux les âmes entrent et sortent de l'enfer.
Je pense que nous pouvons assumer sans risque qu'une fois entrées en enfer, les âmes
n'en ressortiront plus. Du coup aucune âme ne sort.
De même pour le calcul du nombre d'entrées des âmes en enfer, nous devons regarder le
fonctionnement des différentes religions qui existent de par le monde aujourd'hui.
La plupart de ces religions affirment que si vous n'êtes pas membre de leur religion, vous
irez en enfer. Comme il existe plus d'une religion exprimant cette règle, et comme les gens
n'appartiennent pas à plus d'une religion, nous pouvons projeter que toutes les âmes vont
en enfer...
Maintenant, regardons la vitesse de changement de volume de l'enfer parce que la Loi de
Boyle spécifie que « pour que la pression et la température restent identiques en enfer,
le volume de l'enfer doit se dilater proportionnellement à l'entrée des âmes ». Par
conséquent cela donne deux possibilités:
1) si l'enfer se dilate à une moindre vitesse que l'entrée des âmes en enfer, alors la
température et la pression en enfer augmenteront indéfiniment jusqu'à ce que l'enfer
éclate.
2) si l'enfer se dilate à une vitesse supérieure à la vitesse d'entrée des âmes en enfer, alors
la température diminuera jusqu'à ce que l'enfer gèle.
Laquelle choisir ?
Si nous acceptons le postulat de ma camarade de classe Jessica m'ayant affirmé durant
ma première année d'étudiant « Il fera froid en enfer avant que je couche avec toi », et en
tenant compte du fait que j'ai couché avec elle la nuit dernière, alors l'hypothèse doit être
vraie. Ainsi, je suis sûr que l'enfer est exothermique et a déjà gelé … Le corollaire de cette
théorie c'est que comme l'enfer a déjà gelé, il s'ensuit qu'il n'accepte plus aucune âme et
du coup qu'il n'existe plus... Laissant ainsi seul le Paradis, et prouvant l'existence d'un
Etre divin ce qui explique pourquoi, la nuit dernière, Jessica n'arrêtait pas de crier "Oh....
mon Dieu !...."
(Cet étudiant est le seul ayant reçu la note 20/20)
Envoyé par Claude; grand merci!
PP

lundi 20 août 2012

Pour Solveig: 35 ans après, ça donne cà...

J'errais donc, l'oeil rivé sur le pavé vieilli
Quand avec le soleil aux cheveux, dans la rue
Et dans le soir, tu m'es en riant apparue
Et j'ai cru voir la fée au chapeau de clarté
Qui jadis sur mes beaux sommeils d'enfant gâté
Passait, laissant toujours de ses mains mal fermées
Neiger de blancs bouquets d'étoiles parfumées.
MALLARME (1842-1898), Apparition.

dimanche 19 août 2012

Elle l'a bien mérité...




Parmi tant de statues inutiles dont on encombre nos jardins, nos squares et nos carrefours, il est question d'en élever une qui recevra les hommages de tous les enfants: c'est la statue de la comtesse de Ségur.
elle écrivit, pour sa petite famille, des histoires qui ont fait les délices de plusieurs générations.
On n'imagine pas, à moins de l'avoir essayé, combien il est difficile d'écrire pour les enfants. De très nombreuses publications, des entreprises d'édition considérables s'adressent uniquement à cette clientèle; et dans un pays où les grandes personnes lisent de moins en moins, le public d'âge scolaire sera bientôt le principal consommateur. Cependant, il trouve rarement les produits qui lui conviennent.
La plupart des livres qu'on achète aux enfants leur semble moins destinés qu'à leurs parents; même la pauvreté de l'inspiration et de la composition ne réussit pas à les rendre puérils. Ils sont ineptes, ou pédants, ou maladroits, ou tendancieux; ils ne sont presque jamais empreints de l'esprit de bonté, de franchise, de gaieté cordiale qui a tant de prise et tant d'effets utiles sur le jeune lecteur.
La comtesse de Ségur avait trouvé la note vraie, et bien peu de ses imitateurs l'ont retrouvée. Assez d'écrivains malsains et malfaisants ont un monument sur nos places, pour qu'on accorde le même honneur à une femme de bien.

NOS LOISIRS - 28 avril 1907

samedi 18 août 2012

Sombre avenir...




Celui de nos jambes:
Le sort futur de nos jambes inspire une profonde anxiété au professeur Emile Yung, de l'Université de Genève. Il prévoit, non sans douleur, que d'ici un millier d'années l'humanité aura perdu l'usage des ses membres inférieurs, et qu'ils ne seront plus que de vains ornements. Car les hommes marquent un éloignement de plus en plus grand pour la marche, bien que ce soit l'exercice physique essentiel.
C'est ainsi que la vapeur, l'électricité, les funiculaires, les tricycles, les bicycles ont entièrement changé l'aspect de la Suisse, où l'on ne voit plus personne employer ses moyens naturels de locomotion.
Chacun semble s'ingénier à marcher avec n'importe quoi, excepté avec ses jambes. Les générations futures verront des ballons dirigeables stationner aux fenêtres et des voitures électriques, rapides comme l'éclair, remplacer les fiacres somnolents. Ballons et voitures seront à si bon marché que chacun aura son propre véhicule. Et ce sera la fin.Nos jambes superflues deviendront faibles, rabougries, jusqu'à ce qu'enfin elles disparaissent entièrement. Nos bras au contraire, croîtront démesurément en force et en longueur. Telles sont les lois inexorables de l'évolution.
Espèrons que M. Yung exagère, car la vision de ce monde futur, peuplé par une race de cul-de-jatte, est vraiment une fort vilaine chose.

NOS LOISIRS - 2 décembre 1906

jeudi 16 août 2012

Eloignement du Lion


Le lion est beau, grand et généreux. Le lion est plein de vitalité. Le lion est plein de superbe. Le lion en jette. Le lion a du chien.

Le lion soulève son manteau d'hermine d'une main et l'écarte de l'autre, en s'appuyant sur sa canne, comme Louis XIV. Pour montrer ses bas de soie. On voit tous ces détails très nettement sur la célèbre photo de Lartigue.
Le lion a tout pour devenir empereur des Français, même s'il commence comme simple lieutenant. Il s'empâte un peu en vieillissant. Il finit à Sainte-Hélène. Ou à l'asile. (Beaucoup de lions se proclament empereur des Français, tous ne sont pas crus sur parole. Après sa mort, son cours monte. Il y a une flambée du Napoléon. Le lingot est hors de prix. toutes les autres valeurs françaises s'effondrent. C'est le retour de la démocratie.
Le lion a une grande passion pour la démocratie, sauf qu'il ne comprend pas pourquoi les autres ont encore quelque chose à dire quand il a fini de parler. C'est sans malignité. Le lion est persuadé qu'il est les autres. Dès lors, comment s'étonner qu'il parle au nom de tous? Il a le moi expansionniste, le narcissisme impérialiste. L'Etat, c'est lui. Mais il est rarement "bureaucratique": le goulag, avec son côté sombre et dissimulé, ne convient guère à son tempérament de feu. Il préfère les champs de bataille ensoleillés, du type Austerlitz. (A Waterloo, il pleuvait, c'est sûr - Grouchy, qui avait les imperméables, était en retard, ce qui n'arrangea rien.)
Le Soleil est le maître du lion. Il réchauffe, éclaire, illumine, éblouit, brûle.
Le lion est visible. Le lion est ostentatoire. On ne voit plus que le lion. Lui ne voit personne, en tout cas. L'univers du lion est un théâtre où l'humanité se répartit entre l'orchestre, le balcon et le poulailler. Le lion est sous les feux de la rampe.
Le lion est chef. Au grand concours de chefs d'Etat du Zodiaque, il devance le capricorne et le scorpion. Le lion est directeur. Jamais sous-directeur. Plutôt rien du tout que sous-directeur, telle est la devise du lion. diplomate, à la rigueur, comme Paul Claudel. Il parcourt alors le théâtre en souliers de satin - qui sont des chaussures luxueuses.
Le luxe est la seconde nature du lion. Il l'étale soigneusement autour de lui. Quand il en manqueil étale quand même. Il complète avec n'importe quoi. Le n'importe quoi en grande quantité a quelque chose de luxueux. Un bracelet de quincaillerie, c'est toc; quinze, c'est lion. (Dans ce cas précis, le lion est généralement une lionne.)
Lorsqu'il n'a vraiment rien à étaler, le lion s'étale lui-même. Il fait de "l' inflation psychique", comme dit Carl Gustav Jung.

La lionne se distingue du lion par un système pileux moins fourni. Or c'est ce système pileux fourni - cet ensemble barbe chevelure tellement royal - qui permet de remarquer un lio de loin. (Un lion est toujours loin. Il est intéressant de noter, à l'intention des nombreux philologues qui nous lisent, qu'il suffit d'intervertir le i et le o de lion pour obtenir loin. Une telle coïncidence ne saurait être fortuite.) La lionne, n'étant jamais sûre qu'on la prend bien pour un lion, à tendance à en rajouter. C'est elle, surtout, qu'on voit à la chasse et dans les cocktails. Un rien d'ample et coloré l'habille mais elle a peu de goût pour les petits tailleurs sobres et les parfums discrets.

Le lion travaille dans l'ampleur. Il n'aime pas être gêné sous les bras. Il anime, il oriente, il crée. De grandes fresques ou de grosses entreprises - parfois les deux, comme Cecil B. de Mille. Il préfère ne pas s'arrêter sur les détails dont il confie le soin à d'autres. L'intendance suit le lion.

Le lion offre des tournées générales - des tournées éléctorales - d'in geste large. Il faut éviter de boire trop souvent sur le compte du lion. Ce n'est pas qu'il finirait par vous le reprocher, non, le lion est généreux. Mais enfin, il est porté à penser que tout le monde lui est redevable, avant même d'avoir réglé la moindre addition.

Le lion a indiscutablement un côté Hercule revêtu de la défroque du lion de Némée: l'air invincible et tout. Mais la flatterie la plus grossière le mettra à vos pieds.

Le lion est énergétique. Il produit de l'énergie et en consomme, sans économie. Aussi est-il sujet aux congestions, aux accidents cardiaques, aux hémorragies, à toutes sortes d'explosions. Et aux insolations.

Le lion est mûr. C'est l'apogée de l'été. Tout, dans la nature, n'est plus que foisonnement, bouquet, gerbe et volupté. L'apothéose. Mais on sent bien qu'en même temps c'est la fin de quelque chose. Les blés commencent à ployer sous le poids des épis.

Il y a de l'orage dans l'air. On moissonne les blés. L'orage éclate. Le lion est foudroyé. ( On redra hommage à ses cendres un peu plus tard.) Il ne reste rien. A peine quelques épis à glaner par-ci, par-là. Ca ne devrait pas déplaire à la vierge.


Jacques A. BERTRAND (Tristesse de la Balance)

mardi 14 août 2012

Moi qui pleure et moi qui rit


Ch'uis comme le temps.....

lundi 13 août 2012

Les prunes

Si vous voulez savoir comment
Nous nous aimâmes pour des prunes,
Je vous le dirai doucement,
Si vous voulez savoir comment.
L'amour vient toujours en dormant,
Chez les bruns comme chez les brunes;
En quelques mots voici comment
Nous nous aimâmes pour des prunes.

Mon oncle avait un grand verger,
Et moi j'avais une cousine;
Nous nous aimions sans y songer,
Mon oncle avait un grand verger.
Les oiseaux venaient y manger,
Le printemps faisait leur cuisine:
Mon oncle avait un grand verger,
Et moi j'avais une cousine.

Un matin nous nous promenions
Dans le verger, avec Mariette:
Tout gentils, tut frais, tout mignons,
Un matin, nous nous promenions.
Les cigales et les grillons
Nous fredonnaient une ariette:
Un matin nous nous promenions
Dans le verger, avec Mariette.

De tous côtés, d'ici, de là,
Les oiseaux chantaient dans les branches.
En si bémol, en ut, en la,
De tous côtés, d'ici, de là.
Les prés en habits de gala
Etaient pleins de fleurettes blanches.
De tous côtés, d'ici, de là,
Les oiseaux chantaient dans les branches.

Fraîche sous son petit bonnet,
Belle à ravir, et point coquette,
Ma cousine de démenait,
Fraîche sous son petit bonnet.
Elle sautait, allait, venait,
Comme un volant sous la raquette:
Fraîche sous son petit bonnet,
Belle à ravir, et point coquette.

Arrivée au fond du verger,
Ma cousine lorgne les prunes;
Et la gourmande en veut manger,
Arrivée au fond du verger.
L'arbre est bas; sans se déranger
Elle en fait tomber quelques-unes:
Arrivée au fond du verger,
Ma cousine lorgne les prunes.

Elle en prend une, elle la mord,
Et, me l'offrant: "Tiens!..." me dit-elle.
Mon pauvre coeur battait si fort.
Elle en prend une, elle la mord.
Ses petites dents sur le bord
Avaient fait des points de dentelle...
Elle en prend une, elle la mord,
Et, me l'offrant: "Tiens!..." me dit-elle.

Ce fut tout, mais ce fut assez;
Ce seul fruit disait bien des choses.
(Si j'avais su ce que je sais!...)
Ce fut tout, mais ce fut assez.
Je mordis, comme vous pensez,
Sur la trace des lèvres roses:
Ce fut tout, mais ce fut assez;
Ce seul fruit disait bien des choses.

Oui, mesdames, voilà comment
Nous nous aimâmes pour des prunes:
N'allez pas l'entendre autrement;
Oui, mesdames, voilà comment.
Si parmi vous, pourtant, d'aucunes
Le comprenaient différemment,
Ma foi, tant pis! Voilà comment
Nous nous aimâmes pour des prunes.

Alphonse DAUDET

dimanche 12 août 2012

vendredi 10 août 2012

Chez Claude, le femme aussi a la parole

Antoinette devant la télé face à la demi-finale d'Escrime Féminine :

"L’Escrime Féminine, et bien voilà !
Enfin un sport pour les femmes voilées"


Claude

jeudi 9 août 2012

Ah! La mode de chez nous...






POUR BIEN S' HABILLER 
 - Fémina-Bibliothèque - 1911



"Comme l'amour, enfant de Bohême, ainsi qu'il est chanté dans Carmen, la Mode n'a jamais, jamais connu de loi. Ou plutôt, si elle en a établi une, c'est pour mieux la renverser. La mode a du bon et du mauvais. Si elle a du mauvais, c'est grâce à la foi aveugle que lui vouent certaines femmes, même les plus intelligentes. Malgré leur coquetterie innée qui devrait, les avertir et les éclairer, elles acceptent, les yeux fermés, des déformations qui vont parfois jusqu'à la caricature."