jeudi 30 décembre 2010

DECEMBRE - semaine 4- jour 4- DE TOUT UN PEU




Si l’hiver en Décembre ne fait pas son devoir
En Janvier au plus tard il le fera voir.


Les grands hivers


 A ce moment de l’année où, dans les campagnes, la gelée durcit la terre et où, les passants s’en vont les épaules remontées et le visage bleui par la bise d’hiver, il est curieux d’évoquer les époques de froid exceptionnel dont l’histoire a conservé le souvenir.
En l’an 1400, les mers du nord de l’Europe furent gelées.
En 1410, qui resta sous le nom d’année du grand hiver, le froid fut si intense que la mortalité fut énorme :  loups et les chiens sauvages venaient jusqu’aux portes de Paris dévorer les cadavres abandonnés. La plupart des ponts furent emportés par les glaces ; l’encre gelait au bout des plumes, ce qui empêcha, un jour, le greffier du Parlement d’enregistrer les arrêts.
En l’an 1558, on dut débiter le vin avec des haches !
L’année 1621 resta longtemps présente à la mémoire des hommes, tant l’hiver fut rigoureux et long. Le froid, à Paris, atteignit -27° en 1709 ; les récoltes furent perdues, les arbres fruitiers détruits, et les cloches éclatèrent quand on voulut sonner le tocsin.
Il dut aussi faire un froid plutôt vif en cette année de 1795, où des escadrons de notre cavalerie purent cerner et prendre la flotte hollandaise.
Enfin, dans une période plus récente, on parle encore de l’hiver terrible de 1870, dont les rigueurs accrurent encore les souffrances de nos pauvres soldats, et de l’hiver de 1880, où l’on traversait à pied la Seine et où le thermomètre descendit à 24° au- dessous de zéro.

Renseignements glanés comme souvent dans l’inépuisable NOS LOISIRS et qui me suggèrent de vous confier l’excellente recette du Glögg de ma suédoise amie Lili :

Il vous faudra 1 litre de bon vin rouge, auquel vous ajouterez I/2 litre d’aquavit, 5 clous de girofle, des amandes, des raisins secs, de la cannelle, du gingembre, plus 150gr de sucre .
Faites bouillir le tout et ne vous jetez pas dessus , bande de pochtrons !
Le Glögg doit maintenant macérer pendant 12 heures, au bout desquelles enfin, vous le ferez chauffer, puis flamber. Et enfin, enfin… vous aurez le droit d’y goûter.
Préparez-le le matin et sirotez-le doucement le soir à la veillée ; vous n’aurez plus besoin de bouillotte.





samedi 25 décembre 2010

Décembre - semaine 3 - jour 5 - courrier du coeur


L’hiver n’est pas bâtard,
S’il ne vient tôt, il vient tard.


Vivons ma Lesbie, et aimons-nous ! Et tous les murmures des vieillards irascibles, n’en tenons aucun compte. Les soleils ont ce pouvoir de mourir et de renaître. Nous, notre brève lumière ne s’éteint qu’une seule  fois et nous nous endormons dans une nuit éternelle. Donne-moi mille baisers, puis cent, puis mille, puis cent encore, puis mille autres, et puis encore cent de plus. Et puis, après tant de milliers et de milliers de baisers échangés, nous embrouillerons les chiffres pour ne plus rien savoir et échapper à l’envie des méchants.

CATULLE
Afficher l'image en taille réelle


vendredi 24 décembre 2010

Alerte à la neige !






Il est 19h45
Et s’il ne s’agit plus pour Floconne
de bouter la neige hors de France
il s’agit au moins pour Floconne
d’empêcher cette satanée neige
d’envahir Paris.
Floconne a donc, à l’heure ou je vous parle,
fait appel à notre glorieuse armée française.
16 blindés ont été disposés autour de Paris.
Aucun flocon ne doit y pénétrer, pas plus d’ailleurs qu’à Neuilly !
A l’extrême rigueur, une brèche pourrait se produire du coté du 93,
les pauvres n’en sont plus à quelques flocons,
mais pas question chez les riches !


Non mais des fois !







jeudi 23 décembre 2010

DECEMBRE - Semaine3- Jour 3 – C’EST BON SIGNE




Quand il tonne hors saison,
Pluie ou neige sans raison.


LE CAPRICORNE



Le 21du mois, alors que décembre devient Nivôse et que la terre se couvre de neige, vient à nous de son pas dansant, l’imprévisible Capricorne.
On dit de l’homme teinté de chèvre qu’il est ambitieux, léger, irascible, fourbe, cupide, processif et querelleur ; toutes qualités qui le mènent aux honneurs et en font un excellent homme d’état. Mais par là même, il risque de brusques retournements de situation qui ne le déroutent guère tant  extraordinaire est sa confiance en lui. Travailleur, superficiellement grave, il ne redoute pas les mauvaises fréquentations. Inconstant et ami des plaisirs, il a la tête petite, le front fuyant et l’œil enfoncé sous l’arcade sourcilière.
Sa chevrette en général est bien faite, vive et légère. Timide à l’excès dans sa jeunesse, elle s’enhardit avec la maternité.
Elle devient alors intrigantes, et cherche les meilleures places en politique comme ailleurs.
Mariée, elle dissimulera sa jalousie, aimera les voyages, la nouveauté et les hommages qu’elle estime dus à sa beauté qu’elle gardera jusqu’à un âge avancé.

Comme tous les signes de terre, les Capricornes, hommes ou femmes, sont persévérants jusqu’à l’entêtement, ils avancent lentement mais sûrement. Mélancoliques, ils n’oublient jamais et comparent le présent au passé. Ce  sont gens de certitudes qui ne croient qu’à ce qu’ils comprennent, aussi ne croiront-ils jamais à ce portrait et continueront insouciants, à jouer avec les chiffres et les sous (surtout ceux des autres ) car ils sont parfois quelque peu radins,
Ces terriens se laissent irriguer jusqu’à la sentimentalité par les trois signes d’eau: cancer, scorpion et poisson.
La plupart du temps logiques et pleins de  bon sens ils sont en général calmes, mais peuvent perdre les pédales et devenir agressifs avec les signes de feu.

L’air passera sur eux comme le vent sur les blés.


Afficher l'image en taille réelle

dimanche 19 décembre 2010

Un peu de musique

Afficher l'image en taille réelle

Si tu veux, faisons un rêve.
Montons sur deux palefrois;
Tu m'emmènes; je t'enlève;
L'oiseau chante dans les bois.

Je suis ton maître et ta proie;
Partons, c'est la fin du jour;
Mon cheval sera la joie,
Ton cheval sera l'amour.

Nous ferons toucher leurs têtes;
Les voyages sont aisés;
Nous donnerons à ces bêtes
Une avoine de baisers

Viens! nos doux chevaux mensonges
Frappent du pied tous les deux,
Le mien au fond de mes songes,
Et le tien au fond des cieux.

Un bagage est nécessaire;
Nous emporterons nos voeux,
Nos bonheurs, notre misère,
Et la fleur de tes cheveux.

Viens, le soir brunit les chênes;
Le moineau rit; ce moqueur
Entend le doux bruit des chaînes
Que tu m'as mises au coeur.

Ce ne sera point ma faute
Si les forêts et les monts,
En nous voyant côte à côte,
Ne murmurent pas :"Aimons!"

Viens, sois tendre, je suis ivre.
Ô les verts taillis mouillés!
Ton souffle te fera suivre
Des papillons réveillés...

Allons-nous en par l'Autriche!
Nous aurons l'aube à nos fronts;
Je serai grand et toi riche,
Puisque nous nous aimerons.

Allons-nous-en par la terre,
Sur nos deux chevaux charmants,
Dans l'azur, dans le mystère,
Dans les éblouissements.

Nous entrerons à l'auberge,
Et nous paierons l'hôtelier
De ton sourire de vierge,
De mon bonjour d'écolier.

Tu seras dame, et moi comte;
Viens, mon coeur s'épanouit,
Viens, nous conterons ce conte
Aux étoiles de la nuit.

La mélodie encore quelques instants se traîne
Sous les arbres bleuis par la lune sereine,
Puis tremble, puis expire, et la voix qui chantait
S'éteint comme un oiseau se pose; tout se tait.

HUGO



samedi 18 décembre 2010

LAPINS

Afficher l'image en taille réelle


Nous sommes les petits lapins
Gens étrangers à l'écriture
Et chaussés des seuls escarpins
Que nous a donnés la Nature...

N'ayant pas lu Dostoïevsky,
Nous conservons des airs peu rogues
Et certes ce n'est pas nous qui
Nous piquons d'être psychologues...

Nous sommes les petits Lapins,
C'est le poil qui forme nos bottes,
Et, n'ayant pas de calepins,
Nous ne prenons jamais de notes.

Nous ne cultivons guère Kant;
Son idéale turlutaine
Rarement nous attire. Quant
Au fabuliste La Fontaine,

Il faut qu'on l'adore à genoux...

Et dans la bonne odeur des pins
Qu'on voit ombrageant les clairières,
Nous sommes les tendres Lapins
Assis sur leurs petits derrières.

BANVILLE

vendredi 17 décembre 2010

Dernière minute...





Il m'a longtemps semblé que le principal responsable des suicides qui surviennent dans le métro parisien était l'appareil "Photomaton" installé sur le quai.
On part, mettons à New- York, comme font certains ces jours-ci; il faut des photos pour les papiers et comme on manque toujours de temps, pour peu que la rame ait du retard, on sort quelques pièces, on entre  dans la cabine, on se bagarre avec le rideau et le siège tournant et à peine installée, avant même que vous ayez eu le temps de vous composer un visage avenant.... FLASH!...FLASH!!! vous êtes "prise"...
Stoïque, vous attendez le résultat; les photos arrivent encore humides; vous jetez un oeil.... consternation!
Est-ce bien vous cet être renfrogné, ahuri, au teint grisâtre et au cheveu plat????
Comment des autorités responsables laisseront-elles fouler le sol de leur pays à un personnage aussi inquiétant???? Vous serez refoulée à la frontière, votre beau rêve s'écroule et le cours de votre vie future est gravement altéré. Vous pensiez être une personne aimable, souriante, sympathique... mais non! Quelle tristesse!
C'est alors que du fond du tunnel aussi sombre que vos pensées, deux gros yeux lumineux se rapprochent, un bruit assourdissant monte à vos oreilles accompagnant le désespoir qui submerge votre cerveau... le train se rapproche et... sans plus réfléchir... vous plongez!

Après quelques années de purgatoire - le suicide c'est mal, mais vous aviez des excuses, on vous aura épargné le châtiment éternel - donc, à la sortie du purgatoire, tranquillement assis sur votre nuage blanc, vous regardez ce que devient le monde...
Que fait cette dame effondrée, assise à son bureau devant un écran? Son visage décomposé vous fait souvenir du vôtre sortant jadis du "Photomaton"... Cette dame vient de voir son visage dans l'écran de la Webcam installée sur son ordinateur... cette dame n'en croit pas ses yeux tout comme vous n'en croyiez pas les vôtres.
Mais la malheureuse vt au rez-de chaussée et d'ailleurs sa maison n'a qu'un étage; elle ne peut se jeter dans le vide et vous rejoindre pour comparer vos expériences. Quel dommage!
Cette dame pourtant bien atteinte dans son amour-propre s'en remettra... mais elle envisage de lancer un appel aux magazines féminins tant donneurs de conseils et de leur suggérer une rubrique inédite:

"Comment rester belle face à la Webcam?"

En attendant, amis, amies qui me lisez, si vous avez une idée, n'hésitez pas à m'en faire part.
Je vous en remercie par avance..
La Chroniqueuse
P.

jeudi 16 décembre 2010

DECEMBRE- Semaine 2- jour 4 : QUELLE HISTOIRE


Afficher l'image en taille réelle

Visite les ruches à la Saint Daniel,
Mais garde-toi d’ôter le miel.


L’ASSASSINAT DE DUC DE GUISE

Au matin du 23 Décembre 1588 , Henri de Guise le Balafré pouvait-il se douter qu’il ne verrait pas Noël ? Et pourquoi  le personnage le plus populaire du Royaume, le chef de la Ligue, celui dont les Parisiens avaient fait leur « roi », devait-il disparaître ?
Eh bien, en raison même de sa popularité ! Il faisait de l’ombre au Roi ! En cette année 1588 , la Guerre des Trois Henri faisait rage.
Il y avait d’abord, le roi de France, Henri III très injustement impopulaire aux yeux de ses contemporains comme de la postérité. On ne voyait, on n’a voulu voir en lui, que le prince efféminé, fardé, frisé, pommadé, passant son temps la « bille à Boquet »* à la main, entouré de ses Mignons .
Ces fameux « mignons » étaient en fait une garde rapprochée de 45 redoutables spadassins exécuteurs des hautes et basses œuvres de la couronne. Et si le roi préférait leur compagnie à celle des femmes, il n’en était pas moins marié à Louise de Vaudémont qui multipliait les pèlerinages supposés mettre fin à sa stérilité. Donc le roi n’avait pas d’héritier et la fatalité ou le manque d’hygiène ayant fait disparaître son dernier frère, Henri de Bourbon, roi de Navarre et époux de Marguerite sœur du roi, était passé du rang de 24° à celui d’héritier direct de trône de France. Henri de Navarre était alors le chef du parti protestant et comme tel en guerre contre le roi de France.
Henri III , loin d’être le monarque faible et influençable que nous montre l’histoire, avait hérité de sa mère Catherine de Médicis le sens de la politique et de la diplomatie. Les Guerres de religion ensanglantaient la France depuis plus de vingt ans ; on en était à la huitième et l’on peut mettre au crédit du roi d’avoir souhaité y mettre un terme et de vouloir rétablir la paix. Bref, il fut soupçonné de faiblesse envers les protestants, ce qui augmenta encore la popularité du troisième Henri : le duc de Guise, chef de la Ligue, le parti Catholique qui avait réussi à investir Paris et à en chasser le roi qui dut trouver refuge à Chartres.
Afin de mettre un peu d’ordre dans cet imbroglio,  les Etats Généraux furent convoqués à Blois. Là encore, le Balafré se rendit plus visible et  plus influent que le véritable souverain. Henri III , formé aux méthodes politiques italiennes mises en vigueur par sa mère, décida que le moment était venu d’en finir.
En ce matin de décembre, il fit convoquer le duc dans son cabinet particulier. Le bel Henri, vêtu de satin gris et picorant des fruits secs dans un drageoir qu’il portait à la main, traversa sans méfiance la chambre du roi. Avant d’être rendu à la porte du cabinet, il fut assailli par une demi-douzaine d’hommes armés, qui le lardèrent de coups de poignard. Telle était sa force et son énergie, qu’en se débattant, il promenait ses agresseurs de part et d’autre de la chambre. Enfin , il s’effondra au pied du lit royal en murmurant : »Miséricorde ! »
Enfin le roi entra, et poussant du pied son rival comme il avait vu ce dernier le faire à l’amiral de Coligny le jour de la Saint Barthélémy : il prononça (ou pas ) la célèbre phrase : « Qu’il est grand ! Il est encore plus grand mort que vivant ! »

*Du nom de l’ébéniste Boquet, inventeur de l’objet.

mercredi 15 décembre 2010

Pourquoi pas?

Afficher l'image en taille réelle

Machine... fille de son père, - il y a des noms que je me refuse à écrire- s'en est pris récemment aux musulmans qui prient dans la rue. Si elle dit ça par conviction, c'est dégueulasse; si c'est plutôt, comme il est vraisemblable, pour obtenir l'adoubement et prendre la succession, c'est dire la droiture d'esprit de la bonne femme!
Mais assez sali cet écran avec ces gens...
Pourquoi les Musulmans prient-ils dans la rue? Pas pour le plaisir de bloquer la circulation ou pour prendre l'air surtout par le froid qu'il fait ces temps-ci. Simplement, ils n'ont pas d'autre choix.
Quand on leur construit une mosquée, tout le voisinage gueule au charron et de plus, ça coûte cher.
Alors qu'il y a en France d'admirables édifices depuis toujours consacrés à la prière et que les communes qui en  sont propriétaires peinent à entretenir; des bâtiments construits pour le culte de Dieu, du même Dieu des trois religions monothéistes, et qui, de moins en moins fréquentés, difficilement desservis, perdent peu à peu de leur beauté.
Pourquoi nous autres catholiques n'allons-nous plus à la messe? C'est un autre et très long débat.
Dieu ou quel qu'il soit a voulu dans sa sagesse que les fondateurs de ces trois religions attribuent à chacune un jour saint et qui n'est pas le même: le dimanche pour les chrétiens, le samedi pour les juifs et le vendredi pour les musulmans.
Trois jours... trois jours au cours desquels nos églises seraient pleines de frères humains réunis pour prier; trois jours peut-être de belles rencontres si l'on voulait s'ouvrir et écouter la parole des uns et des autres.
"ILS ne voudront jamais!" est en général la première réponse à l'émission de cette idée, mais, le LEUR a-t-on demandé?
Bien évidemment, il y a des difficultés matérielles telles que la figuration des saint et leurs statues; mais les tentures ne sont-elles pas faites pour résoudre ce problème par exemple.
Non, vraiment, je ne vois là aucune difficulté insurmontable pour des Hommes de Bonne Volonté.
Notre Dieu est le même et je ne vois pas que depuis la France, Jérusalem et La Mecque soient situées  de telle façon  qu'il nous faille modifier l'orientation de nos églises.

Pierre Perret , Mon p'tit lou

samedi 11 décembre 2010

L'humeur de Claude


Afficher l'image en taille réelleBoutons les flocons hors de France
Non mais des fois !
Cherchons les coupables !
Chaos en Ile-de-France :
Fillon accuse
Météo France !
L'organisme,
pourtant blanc comme neige,
a alerté dès la veille.
Gouverner,
ce n'est plus prévoir,
c'est accuser
les prévisionnistes.

vendredi 10 décembre 2010

Des nouvelles de Félicie....

Sportive, pas frileuse pour une qui a autant toussé, et pas si sage qu'elle en a l'air...

C'est l'hiver....

jeudi 9 décembre 2010

AVEC LES HOMMES....





C'est si compliqué !!! Les hommes gentils sont laids. Les hommes beaux ne sont pas gentils. Les hommes beaux et gentils sont gays. Les hommes beaux, gentils et hétérosexuels sont mariés. Les hommes qui ne sont pas beaux, mais sont gentils n'ont pas d'argent. Les hommes qui ne sont pas très beaux, mais qui sont gentils et ont de l'argent pensent que nous sommes uniquement intéressées par LEUR ARGENT. Les hommes beaux qui n'ont pas d'argent sont uniquement intéressés par LE NOTRE. Les hommes beaux qui ne sont pas très gentils, mais (malgré tout) hétérosexuels, ne nous trouvent pas suffisamment belles. Les hommes (malgré tout) gentils, hétérosexuels, qui ont de l'argent et qui nous trouvent belles, sont des porcs. Les hommes (malgré tout) beaux, (malgré tout) gentils qui ont un peu d'argent (et grâce au ciel sont hétérosexuels) sont timides et NE FONT JAMAIS LE PREMIER PAS. Les hommes qui ne font jamais le premier pas ne s'intéressent plus du tout à nous dès lors que nous prenons l'initiative de faire le premier pas. Alors, je pose la question ....Y A T'IL QUELQU'UN SUR CETTE FOUTUE TERRE QUI ARRIVE À COMPRENDRE LES HOMMES ?