samedi 3 mars 2018

Entre chiens et loups-



Dans les friches industrielles et le long des voies de chemin de fer à Moscou, vivent des bandes de chiens errants qui cherchent leur pitance dans les décharges et les ordures ménagères.
Des observateurs ont constaté qu’au fil du temps et des générations, ils perdent peu à peu les caractéristiques que la sélection humaine leur a imposée. Leur pelage perd ses taches et ses couleurs pour devenir uniformément brun ou gris voire fauve, leurs yeux s’allongent en amande et ils ressemblent de plus en plus à leur ancêtre le loup.
De plus, comme chiens et loups ont un patrimoine génétique commun, ils peuvent se reproduire entre eux, ce qui engendre des « chiens-loups ». Ce n’est pas nouveau ; qui a lu Jack London se souvient de Croc-Blanc, fils d’une louve et d’un chien de traîneau (ou l’inverse, je ne sais plus).
Ces chiens métis sont dangereux car contrairement au loup, ils ne craignent pas l’homme auquel ils sont habitués. Un loup préférera toujours chercher sa subsistance dans la faune sauvage plutôt que de s’aventurer près de nous et de nos chiens qu’il craint et qui le détestent.
Pourquoi je vous raconte tout ça ?
A cause des problèmes que pose le retour du loup aux éleveurs de moutons. On ne peut que comprendre leur désarroi et leur colère à la vue de leurs moutons égorgés.
D’un autre côté, nous autres qui nous réjouissons de voir que la nature ne se laisse pas faire et qu’elle remet à sa place ce qu’on supprime trop radicalement, sommes heureux du retour d’un prédateur qui a son utilité. Sans rappeler les épidémies qu’il a évitées jadis en nettoyant les champs de bataille, il est gardien de la bonne santé des hardes de cervidés, des chevreuils en prélevant les moins armés pour la vie. Il régule aussi la prolifération de divers rongeurs. Les si gracieux lapins sont pour nos jardins un fléau que je ne crains pas de comparer au loup dans les parcs à moutons.
Et si le vrai coupable n’était pas le loup mais bien plutôt ces métis, ces « chiens-loup » qui ne peuvent pas quitter radicalement les facilités auxquelles l’homme les a habitués ?
Eleveurs, vous allez vous écrier : Voyons ! nous surveillons nos chiens !
Ce dont nous ne doutons pas !  Cependant les refuges de la SPA regorgent de chiens abandonnés et qui, livrés à eux-mêmes n’arrivent pas tous dans ces refuges. Nous autres qui soignons, aimons et surveillons nos chiens ne sommes jamais à l’abri d’une fugue dès lors que la nature parle trop fort. Ceux qui me connaissent savent que je veille mais je me souviens avoir couru et appelé des heures entières des épagneules King Charles. Vous me direz qu’il faudra du temps et de sérieux croisements pour qu’un King Charles puisse être pris pour un loup !
Deux border- collies vivent ici ; des chiens particulièrement obéissants et attachés à la maison. Pourtant la plus jeune des deux a fait un jour une fugue assez longue pour que je juge utile d’avertir la gendarmerie. A mon retour, la vagabonde était tranquillement couchée devant la porte. Elle était en chaleurs, et s’il y avait eu un loup dans les parages, elle aurait eu largement le temps de se faire engrosser et j’aurais été bien avancée avec des chiots « si mignons » mais potentiellement dangereux.
J’ai aussi le souvenir d’avoir été suivie en plein Paris, rue François 1°, dans le 8° arrondissement, par un griffon korthal épuisé, demi mort de faim et de soif, aux coussinets en sang. Grâce au tatouage, on a pu retrouver à Rueil Malmaison, sa famille qui le cherchait depuis 48 heures. Lui aussi aurait pu engendrer des métis… Heureusement les loups (enfin ceux dont il est question ici) sont encore loin de Paris.
Ces exemples pour montrer que la surveillance des chiens n’est pas toujours évidente.
Aussi il me semble qu’avant de statuer sur le devenir du loup dans notre pays, il faudrait peut-être se poser la question du chien retourné à l’état sauvage.
Et si c’était lui le vrai coupable ?


vendredi 2 mars 2018

Les Trois Bigoudis de Clémentine-



Les cheveux châtain clair, quand on vieillit sont une bénédiction (à la condition toutefois de ne pas les avoir bricolés à coups de teintures plus ou moins toxiques et elles le sont toutes !). Ils éclaircissent progressivement en passant par tous les tons de blond jusqu’au platine et souvent ne vont pas au-delà.
L’envers de la médaille, ce sont les copines qui veulent savoir comment on a fait pour obtenir cette couleur-là et qui prennent un air pincé quand on répond « Rien ! », genre la fille qui ne veut pas donner ses tuyaux. Et en vérité il n’y a vraiment rien d’autre à faire que de laisser agir la nature.
Dans ma famille, c’est une propriété transmise de génération en génération depuis l’arrière- grand-mère.
La « Mémère Clémentine » qui vivait la plupart du temps avec trois mèches entortillées sur de gros bigoudis, l’un au sommet du crâne et les deux autres au-dessus de chaque oreille. Ce qui lui donnait l’allure d’un être arrivant d’une autre planète et qui nous faisait bien rigoler, moi, mon frère et nos quatre cousins, augmentés des « gamins de la place ».
Notre maison donnait en effet sur une vaste place plantée d’arbustes et de massifs qui lui donnait l’aspect d’un square. Cette place nous servait surtout de terrain de jeux…. Bruyants souvent.
Vacarme qui faisait surgir de la fenêtre mansardée du second étage une tête de Clémentine furieuse, nous sommant d’une voix que la colère rendait « pincharde » de cesser immédiatement de brailler tout en ravageant la place.
« Gibier de potence ! piaillait-elle. Vous finirez sur l’échafaud ! » puisque de toute évidence nous allions la « faire mourir à petit feu » et de surcroît « avant l’âge ! ».
L’apparition de Clémentine ornée de ses trois bigoudis était si réjouissante que la plupart du temps, nous n’hésitions pas à la provoquer. Les arbustes de la place résistaient tant bien que mal et d’ailleurs ils sont toujours là. On peut vérifier : c’est à Nancy, place des Ducs de Bar. On a mis sous son ventre un parking, protégé les massifs de grilles et notre maison a changé de propriétaires et d’aspect…
Mais je m’égare et nous voici loin des trois bigoudis de Clémentine. C’est bigoudis qu’elle ôtait pour aller « en ville ». Et quel spectacle de voir ces splendides ondulations blond platine enfin libérées se dérouler sur ses épaules. Pas pour longtemps car au moyen de trois grosses épingles à chignon (trois étant sans doute son nombre fétiche), elle ramassait ses boucles en un volumineux chignon sur lequel elle posait un gracieux bibi noir et emplumé. Sa fille était modiste !
Clémentine à la chevelure magique était pour nous la « Mémère Clémentine » en un temps où l’on acceptait de se faire appeler Mémère la quarantaine à peine révolue. Sa fille la modiste qui se prénommait Lucienne, était devenue dès que nous éructions nos premières syllabes la « Mémère Lulu ». Qui cependant restait Madame Humbert pour ses clientes, ses fournisseurs et son personnel…. La Mère Humbert aussi pour pas mal d’autres qui avaient eu la malheur de la contrarier et en avaient subi les conséquences .

mardi 13 février 2018

L’avis de la kiosquière-



Les exhibitionnistes et autres frotteurs du métro, ce sont en fait de pauvres malades, comme me l’avait fort bien expliqué la kiosquière du Pont de Sèvres à qui j’avais certain matin, confié mes émotions.
Car il y a des satyres matinaux.
J’étais encore adolescente, disons quinze ou seize ans. Depuis le Pont de Sèvres, terminus de la ligne 9 du métro parisien jusque St Philippe du Roule ma destination, il y a environ trois quarts d’heure de trajet.
Quand on part du terminus, il y a forcément des places assises et du temps pour la lecture. Aussi j’achetais un magazine chaque matin ; ça crée des liens. Et donc la brave dame remarquant mon agitation s’enquit de son origine. Renseignée, elle me dit benoîtement : « Ah ! Il est revenu ? mais n’ayez pas peur, il n’est pas méchant. Il montre ; il ne touche pas ! C’est un pauvre malade vous savez. »
Rassurée, j’ai poursuivi ma journée et les jours suivants, ma foi, quand je voyais de loin la silhouette du « pauvre malade », je fixais mes chaussures. Si bien qu’il n’est resté pour moi qu’une silhouette informe et grisâtre qui n’a jamais forcé la porte de mes rêves.
Ma mère un jour, comme la plupart du temps assistée de ses copines « Haute-Couture » dans la bonne marche de mon éducation m’a demandé à quoi il ressemblait. « Oh ! Je n’ai pas vu sa tête ! » répondit l’innocente, sous les éclats de rire de ces dames distinguées.
Beaucoup, beaucoup plus tard, j’ai le souvenir d’un autre dîner d’après Yoga dans un bistrot chinois à l’enseigne de « Chez Gérard ». Dîner entre filles auquel participait Virginie notre professeur. Comment les histoires d’exhibitionnistes étaient-elles venues s’installer entre nos bols et nos baguettes, allez-savoir. A mon tour j’ai raconté mes aventures métropolitaines et devant leur nombre, j’ai vite été déclarée gagnante toutes catégories. Il est vrai que les autres n’avaient aucune chance : elles ne demeuraient pas près du terminus d’une ligne de métro !
Nos éclats de rire ont attiré l’attention des « jeunes cadres » de la table voisine qui visiblement auraient bien aimé partager notre joie de vivre. Tant d’années après, entre filles, on en rit encore.
Sans doute amies qui portez haut le droit des femmes à n’être pas importunées, cette légèreté vous indisposera. C’est pourtant elle, cette légèreté qui m’a permis, qui me permet encore de considérer ces épisodes comme des mésaventures et non des agressions.
Le rire ! ce grand thérapeute…
Ma grand-mère la modiste, quand je vivais de ces drames enfantins ou adolescents qui font douter de la nécessité de vivre, me disait en consolation : « Puisque un jour, bientôt, cette histoire te fera rire, commence donc par en rire tout de suite ». Un conseil que je n’ai jamais regretté de suivre.
Mais alors, vont me rétorquer les Justicières, tous ces agresseurs resteront impunis ? Ils courront toujours continuant leurs méfaits ?
Certes c’est un risque, mais on sait bien qu’une fois la peine purgée, l’amende payée, rien ne les empêchera de recommencer puisque le forfait est inscrit dans leur nature dévoyée. On sait qu’il n’est pas de cas unique et que si on en écarte un il en surgit d’autres.
Je connais bien le métro parisien ; l’exhibitionniste du Pont de Sèvres a encore des collègues sur toutes les lignes. Et puisqu’il est bien difficile de modifier leur comportement, modifions le nôtre et celui de nos filles. Apprenons à ne pas faire un drame de ce qui finalement ne porte pas atteinte à notre intégrité physique et pour ne pas attenter à notre intégrité morale, ne culpabilisons pas. Après tout, celui (ou celle) qui m’a tiré mon porte-monnaie dans un bus m’a causé plus d’embarras que le « pauvre malade » du Pont de Sèvres.
Jeunes filles, jeunes femmes, quand ces choses vous arrivent, parlez-en, parlez-nous. On a toutes en mémoire un ou plusieurs épisodes semblables. Apprenez avec nous à en rire.
Après… le viol, les coups ce sont d’autres problèmes beaucoup plus graves et qu’il faut aborder autrement, mais ne mélangeons pas tout.

mercredi 7 février 2018

Une habitude

L'habitude voluptueuse, quoique moins tyrannique que celle du tabac, arrive à s'imposer. Ô plaisir, bélier qui te fêles le front et qui recommences! C'est peut-être la seule curiosité déplacée, celle qui s'obstine à connaître en deçà de la mort, ce qu'il y a un peu au-delà de la vie...Les consumés des sens ont toujours commencé par s'élancer, en grand appareil d'énergumènes, dans un gouffre. Mais ils remontent. Et ils contractent une routine du gouffre.

Colette - Le pur et l'impur.

Gilles Vigneault - Mon pays (1965)

mardi 6 février 2018

Pensées félines

Lorsqu'on construit une maison, le site choisi compte.
Lorsqu'on réfléchit, la profondeur de pensée compte.
Dans la relation aux autres, bonté et générosité comptent.
Dans les paroles échangées, l'honnêteté compte.
Dans les rapports d'autorité, la justice compte.
Dans le travail,  le savoir faire compte.
Si tu n'es en rivalité avec personne,
Il importe peu de gagner ou de perdre.

Tao-Tô -King

PURCELL- THE COLD GENIUS- ANDREAS SCHOLL

lundi 5 février 2018

Nuit de neige

d'abord je m'étonne, la couverture et l'oreiller sont glacials
puis je m'aperçois que la fenêtre est lumineuse
dans la nuit profonde, la neige doit être abondante
de temps à autre, le bruit d'un bambou qui casse.

Po Chu-yi (772-846)

dimanche 4 février 2018


Feu qui couve

Telle une pauvre femme, ouvrière en tissage,
Entasse au soir, sur son foyer, des bouts de bois
Morts, rameaux secs, qui serviront, aux matins froids,
Lorsqu'elle se relèvera toute transie
Pour se mettre à l'ouvrage, à raviver le feu
Du brandon presque éteint, ainsi l'Amour, dur dieu
Destructeur, favorable à toute frénésie,
Met dans ce triste coeur un flamboiement sauvage,
Et tantôt rouge, et tantôt pâle....

Appolonius de Rhodes -III° siècle av.JC (Traduction Marguerite Yourcenar)

Rencontrer

Parce qu'il faut dépasser la colère et le chagrin; parce qu'il faut avancer;pour qu'ils ne soient pas morts pour rien:

"Notre identité, c'est notre façon de voir et de rencontrer le monde: notre capacité ou notre incapacité de le comprendre, de l'aimer, de l'affronter et de le changer"

Claudio MAGRIS

HAYDN QUATUOR ALOUETTE 1er MOUVEMENT

Le chant des oiseaux - Pablo Casals