mardi 9 mai 2017

A méditer...

"Ce que l'on appelle aujourd'hui "économie" est devenu l'art subtil de faire de la prédation une science dont la complexité permet de justifier la place considérable dévolue au superflu alors que le mode d'existence traditionnel semble être une optimisation de l'art de vivre ensemble avec simplicité."
 Pierre Rabhi


vendredi 5 mai 2017

Indignation

On m’a toujours appris à ne pas commencer une missive par JE … aujourd’hui je n’arrive pas à faire autrement : « Je suis indignée ! » Mais indignée à la limite du supportable.
Un couple est mis en cause ; un couple dont un des membres se propose de diriger notre pays sur les bases de l’honnêteté, de la rigueur, de l’exemplarité et… patatras ! un vilain canard, lâche sur le couple emblématique d’une France laborieuse et chrétienne une volée de crottes bien éclaboussante…
Et le mâle défend sa femelle « qui a bien le droit de travailler » et pan dans la tronche des féministes qu’il avait bien l’intention une fois aux manettes de remettre au pas…
Oui, oui, nous ne lui dénions pas le droit de travailler à cette épouse… à condition qu’on puisse la voir au travail !
Mais le plus révoltant dans cette affaire est que pour sa défense, cet époux et citoyen exemplaire nous informe que cette pratique est légale et qu’il est loin d’être le seul à la pratiquer.
Et l’on jette un voile pudique sur les sommes exorbitantes perçues par sa laborieuse épouse ; exorbitantes, même pour un travail régulier et soutenu.
A l’heure ou des travailleurs perçoivent un salaire qui ne leur permet même pas de payer un loyer ; à l’heure où les associations humanitaires sont débordées par le nombre de personnes dans le besoin, un homme qui prétend nous gouverner,  peut-il manquer de décence au point de justifier de tels abus ?
Et plus grave encore à mes yeux, comment plusieurs milliers de personnes réunies peuvent-elles acclamer ce couple ?
Qui aura le courage d’estimer les sommes perçues légalement certes, mais avec une absence totale de vergogne par ceux qui votent rédigent et votent nos lois ? Qui aura le courage d’estimer le nombre de familles dans la misère qui seraient soulagées si cet argent était mis à leur disposition ?


jeudi 4 mai 2017

mardi 2 mai 2017

Feu qui couve

Telle une pauvre femme, ouvrière en tissage,
Entasse au soir, sur son foyer, des bouts de bois
Morts, rameaux secs, qui serviront, aux matins froids,
Lorsqu'elle se relèvera toute transie
Pour se mettre à l'ouvrage, à raviver le feu
Du brandon presque éteint, ainsi l'Amour, dur dieu
Destructeur, favorable à toute frénésie,
Met dans ce triste coeur un flamboiement sauvage,
Et tantôt rouge, et tantôt pâle....

Apollonius de Rhodes, (III° siècle av.JC); Argonautiques, III, 291-298.
Traduction Marguerite Yourcenar.

jeudi 27 avril 2017

Qui sont nos Callimaques?

Apollonius de Rhodes (III° siècle av.JC) fut l'ami de Callimaque qui détestait les textes trop longs. Or Apollonius fit des Argonautiques un récit interminables autant que la navigation du navire Argos. Le critique indisposa l'auteur qui dans un certain dictionnaire prit sa vengeance en donnant cette définition:

CALLIMAQUE ; substantif masculin singulier. Ce mot signifie imbécile, ou pédant, ou cuistre, ou grimaud.

Une définition qui pourrait de nos jours s'appliquer à beaucoup... Cherchons un peu et trouvons nos Callimaques...

samedi 11 mars 2017



Ils sont très bons! Et j'en fais d'autres demain.... A vos friteuses, amis!

vendredi 10 mars 2017

Les beignets, suite et fin

Je suis à présent à la tête d’un chien inconnu et d’une friteuse neuve ; je vais chez le Sauveur qui lit le tatouage, appelle la SCC qui identifie l’inconnue (c’est une chienne) laquelle loge à 500m de l’endroit où je l’ai trouvée. On se demande bien pourquoi elle a fait du stop au lieu de rentrer chez elle. En fait la SCC l’a déjà repérée, elle n’en est pas à sa première escapade, elle n’est plus toute jeune et très fatiguée… On le reconduit à sa famille, qui la cherche depuis le matin – Il est pas loin de 17 heures là –
Il est encore temps de démarrer les beignets ; la Végétaline fond doucement dans la neuve bassine, mais au moment de pétrir, il manque quelques grammes de Fruit d’Or qu’on peut remplacer par du beurre. Hélas, juste sorti du frigo, il n’a pas la bonne consistance et il faut pétrir dur pour l’amalgamer. Enfin, la pâte est de bonne consistance, la graisse à la bonne température, on va
pouvoir étaler…. Et c’est là que l’incident final se produit…. Le rouleau à pâtisserie est introuvable… un rouleau fidèle qui fait partie de la famille depuis quatre générations ; il n’a pas pu nous quitter. Alors je cherche, je cherche… partout, dans les tiroirs, les étagères, les fonds de placard, sous l’évier, dans la véranda, dans les endroits les plus improbables… ce qui induit au passage qu’il faut les nettoyer… Au bord de la crise de nerf, j’hésite entre hurler ou casser quelque chose… Finalement j’opte pour un arrangement de coussins sur le canapé et un temps de méditation…. Quand le GV descend de sa dunette, le calme est revenu… la graisse est éteinte, la pâte mise au frais… demain, il va falloir aller acheter un rouleau à pâtisserie…
Alors ce qu’on propose comme outil dans le commerce, rien moins pour 3,99 euros, qu’on tronçon de manche de bêche propre et poli bien sûr mais enfin…. A la guerre comme à la guerre, j’achète et…. Au final, j’ai enfin pu confectionner ces p… de beignets.
Ensuite j’ai mené une enquête : le seul endroit où trouver un outil convenable, c’est sur Amazon avec un prix de port qui dépasse celui de l’outil… Bon, il suffira de profiter d’une commande de livres…

C’est alors que tel le Chevalier du Graal surgit…. Mon frère armé d’un superbe rouleau à pâtisserie garanti d’époque. Il me le cède contre une part raisonnable de beignets…. Ouf ! à l’année prochaine pour la fournée 2018.